Retour à la liste

1.1. 3 Conducteur ellipsoïdal


      Fin du XIXe siècle


Quand un corps conducteur reçoit une charge électrique, celle-ci se répartit sur sa surface avec une densité d’autant plus grande que le rayon de courbure est plus petit.

L’ellipsoïde est en tôle de laiton poli ;
    Son grand axe est de 48 cm
    Son petit axe est de 5,8 cm ;
il est porté par une tige de verre (hauteur totale 46 cm).

Si on touche l’ellipsoïde chargé avec une petite balle de sureau fixée au bout d’un fil de soie, la balle prend un peu de charge. Ensuite, pendue au bout du fil, elle est beaucoup plus repoussée au voisinage des extrémités du grand axe de l’ellipsoïde qu’au voisinage des extrémités du petit axe.

Remarque :

Quand un conducteur chargé présente une partie pointue la concentration de charge sur celle-ci peut être suffisante pour ioniser l’air à son contact. C’est le « pouvoir ioniseur des pointes » qui explique qu’en électrostatique on évite les angles vifs préférant les surfaces arrondies.


Inventaire : Ph 2.60



Images

< >